[title content]

[title content]

Si vous cherchez un serrurier hors du commun qui saura vous apporter la clef du bonheur n’hésitez pas car avec Sylvain Onfray Serrurier, elle est à vos trousses

https://finder.domains?aff=1591031216113
https://finder.domains?aff=1591031216113

C’était une époque où vous n’aviez pas affiché de slogans vengeurs, mais fier de votre profession ou de votre entreprise. Une époque que les moins de 20 ans et les autres ne peuvent plus connaître, où les manifestations syndicales rassemblaient des foules monstrueuses et les processions étaient pleines de solidarité et de chant de demain… au tout début du siècle dernier. C’est toute cette période de luttes ouvrières de la région toulousaine qui raconte les 17 drapeaux de soie, à peu près de Tours et de satin, soigneusement conservés pendant des décennies par l’Union départementale de la CGT et son Institut d’histoire sociale. «C’est un peu comme la mémoire sociale du département», expliquent les membres de l’association, ajoutant, non sans émotion, que ces véritables œuvres d’art sont classées au patrimoine national. «Ces drapeaux sont étroitement liés aux luttes des travailleurs qui, au prix de durs sacrifices et parfois de leur vie, ont créé la CGT et ont arraché la journée de 8 heures, le repos hebdomadaire et les vacances payées, entre autres réalisations, se souviennent de ces militants.

Et c’est pour rendre hommage à nos prédécesseurs pour avoir conservé et valorisé ces magnifiques objets qui ont été l’emblème des manifestations qu’ils ont tenues et ont soulevé l’affirmation de l’identité de la classe ouvrière dans le processus d’organisation. Ils sont une trace matérielle de l’attachement indéfectible de la CGT depuis plus d’un siècle à la défense et à l’amélioration des droits des travailleurs. «La plus ancienne de ces bannières est datée de 1889, au nom des ouvriers cuisiniers de Toulouse, mais il y en a aussi beaucoup de 1936 et du Front populaire qui montrent toute la poésie et la nostalgie des corporations pour la plupart disparues: tailleurs de pierre, forgerons, forgerons et ferronniers, chauffeurs et déménageurs … Dans le lot il y a aussi l’emblème du “personnel du tram omnibus” de Toulouse datant de 1919 ou celui qui reste très actuel des “brasseries et assimilées” de Toulouse et d’Alta Garonne depuis 1937. La corporation des coiffeurs qui ne s’organise plus aujourd’hui avait aussi son étendard: avec une constante: violet profond ou plus orangé, ce sont toutes les nuances de rouge du socialisme, qui se déclinent dans ce panthéon de drapés soyeux. et délicat, le plus souvent cousu avec du fil d’or. Mais les ravages du temps ont en quelque sorte anéanti les tissus séculiers et l’Institut CGT d’Histoire Sociale avec le syndicat départemental s’est engagé dans la restauration de certains copies (voir ci-dessus). Pour sauvegarder un passé qui illumine toujours le présent. En écho à cette histoire, d’autres drapeaux seront dans les rues aujourd’hui.

Abonnement

L’Union Départementale CGT et son Institut d’Histoire Sociale lancent une souscription avec le concours de la Fondation du Patrimoine pour financer le renouvellement de trois drapeaux en état de délabrement avancé. Le travail est réalisé par la seule couturière spécialisée dans de telles restaurations de la région qui travaille de manière très délicate fil par fil … Le budget nécessaire a été estimé à environ 18 000 euros et l’objectif de la levée de fonds est de lever au moins 6 000 euros. N’hésitez pas à faire un don pour la mémoire des luttes sociales, c’est déductible d’impôt … Plus d’informations sur le site www.fondation-patrmoine.org/63290

Source link

Laisser un commentaire