[title content]

[title content]

Si vous cherchez un serrurier hors du commun qui saura vous apporter la clef du bonheur n’hésitez pas car avec Sylvain Onfray Serrurier, elle est à vos trousses

https://finder.domains?aff=1591031216113
https://finder.domains?aff=1591031216113

Dans la vie, vous ne faites pas toujours ce que vous voulez ou cela prend du temps. C’est un peu comme Catherine Peran, qui après avoir eu un chemin assez tordu dans la vie, court pour toujours sur un chemin droit, c’est le moins qu’on puisse dire, en jouant avec le métal.

Cours du soir à l’Ecole des Beaux-Arts de Lorient

Breton, le triskèle est omniprésent dans sa vie, eau, air et feu … Chaleur derrière le masque, entre incandescence et froideur de la matière, entre le négatif et le positif du cliché, entre le blanc et le noir … Catherine est un peu de tout ça, un gris métallique qui brille au firmament de ses humeurs et de ses aspirations.

Née à Brest, elle a étudié à Lorient. Il est titulaire d’un baccalauréat en F1 en génie mécanique, mais cela ne veut pas dire qu’il évolue dans le secteur industriel.

Après avoir passé des tests de dessin à main levée dans une agence de publicité “Alpha-G”, elle a été embauchée pour créer des logos et d’autres projets pour des entreprises. Nous sommes en 1986, pas d’ordinateur, tout est fait à la main. Du logo papier au stand d’exposition, en passant par la maquette. Un métier de graphiste qu’il a quitté en 1991 comme sa région, pour s’installer à Sancerrois.


Ménagère, retour à la turbine dans le vignoble de Chavignolais, la colline qui remplace les dunes. Vendanges, taille, étiquetage, mise en bouteille, après plusieurs contrats, elle est engagée comme vigneronne et devient chef de cave. “J’étais particulièrement intéressé par le travail sur l’emballage des produits. J’avais acheté un ordinateur et utilisé des logiciels comme Illustrator, Photoshop … J’ai même créé une étiquette qui a finalement été imprimée.”

Puis, le blues a frappé, retournez en Bretagne. Catherine s’est inscrite aux cours du soir des Beaux-Arts de Lorient pour peaufiner son trait de crayon et se consacrer à la sculpture.

Il retourne ensuite à Sancerrois pour revoir ses amis. Une rencontre puis une nouvelle vie attendent Cosne, femme au foyer issue d’une famille mixte de 7 enfants.

Catherine, à l’âge du fer

Catherine ressent alors le besoin de créer, de jouer avec la matière. Cette question sera de fer. Rencontrez Didier Bergin, forgeron-forgeron …

«Il m’a présenté le métier, je l’ai tout de suite compris. Il m’a pris sous son aile et j’ai commencé à travailler pour lui, même en confectionnant des garde-corps, des rampes d’escalier», explique-t-il.


Le “jeune” apprenti apprend les bases de la métallurgie dans l’atelier de Didier, 20 rue de la Main-de-Fer à Cosne (la chance n’existe pas …). Il a commencé par couper du métal pour préparer la matière première, puis il s’est familiarisé avec des outils tels que la scie sauteuse électrique, la perceuse, la machine à souder pour assembler les pièces.

Il a également appris à lire et à comprendre les plans industriels et techniques. Côté métallurgie, les deux artisans réalisent parapets, escaliers, portails, portes, portes coulissantes… En même temps que le travail du forgeron, qui ne consiste pas à fabriquer des serrures mais à les ouvrir! «On peut être amené à ouvrir les portes avec les huissiers mais aussi à déverrouiller les rideaux métalliques des magasins», explique Catherine.

Des commandes qui s’adressent à des particuliers mais aussi à des sites d’ici et d’ailleurs, avec de fréquents déplacements en Corse!

Du coffrage brut à la création artistique

Catherine a créé sa micro-entreprise en 2018, tout en continuant à sous-traiter pour Didier.

«Quand j’avais un moment après mon travail, je prenais ma roue pour graver sur une tôle, laissant courir mon imagination. J’aime jouer avec le métal et ses reflets. En fonction de la lumière, ça passe du blanc au noir, c’est magique! “

Catherine Peran (vide)

Horloges, tableaux, accessoires d’ameublement, tables, mais aussi des œuvres plus monumentales comme les téléphones portables, portails, verrières, écrans, la Cosnoise laisse passer son âme à travers la matière et propose des pièces uniques donnant une nouvelle vie à la ferraille.

Sur sa carte de visite une participation aux Journées Européennes des Métiers au prieuré de La Charité et à la Soirée de l’art et des gourmandises à la cave de Nérot, sans oublier les expositions en Bretagne … Catherine n’a pas fini de parler le fer en langue celtique!

Contact. Catherine Péran, laboratoire Didier Bergin au 20, rue de la Main-de-Fer, à Cosne; Téléphone. : 07,87,24,86,46; “Catherineperan@gmail.com”; Facebook “creationperan metallerie”.

Frédéric Dumaillet

Source link

Laisser un commentaire