[title content]

[title content]

Si vous cherchez un serrurier hors du commun qui saura vous apporter la clef du bonheur n’hésitez pas car avec Sylvain Onfray Serrurier, elle est à vos trousses

https://finder.domains?aff=1591031216113
https://finder.domains?aff=1591031216113

L’HISTOIRE Comment cette fabuleuse grotte, Aven Armand? La lecture du site dédié à ce dernier nous en dit plus et comme beaucoup d’autres grottes ou gouffres, c’est un peu un hasard si ce dernier a été exploré.

C’est le 18 septembre 1897, il y a plus de 120 ans, que Louis Armand partage sa découverte avec Edouard Alfred Martel. Nous sommes à l’Hôtel des Voyageurs du Rozier qui existe toujours et Louis Armand déclare: “Hier, en descendant de la Parade, je suis tombé sur un gros trou … les grosses pierres que je lui ai lancées s’en vont. Au diable un chahut pire qu’ailleurs . “

Le lendemain, les deux hommes accompagnés d’Armand Viré se sont rendus sur les lieux, bien équipés. “” Mille kilos d’échelles, cordes, téléphone, lit bébé, caisses de lumières, vêtements, provisions, outils … “, écrit Edouard-Alfred Martel.” Louis Armand est le premier à descendre le sommet de 75 mètres, sans rencontrer de difficultés majeures Dès qu’il prend pied au sommet du cône d’obstruction, il crie dans le téléphone: “Super …!” Magnifique …! Une vraie forêt de pierres …! Voici une découverte …! “. .. “Monsieur Martel, c’est splendide! Il y a au moins 100 colonnes. La plus haute fait 25 mètres. Je n’ai jamais rien vu de tel. Il reviendra dans la nuit”, avec un visage comme personne ne l’avait jamais vu et que le sien l’histoire a éclairé encore plus ».

Le lendemain, Armand Viré puis Edouard-Alfred Martel sont descendus à leur tour derrière Louis Armand et ont fait une cartographie de l’ensemble, après avoir découvert un deuxième puits de 87 mètres de profondeur. L’expédition durera jusqu’au 21 septembre. Cet important aven qui n’avait pas de nom, Edouard Alfred Martel décida de lui donner le nom d’Aven Armand car c’était son fidèle compagnon qui était descendu le premier.

Avant cette descente, ce qui allait devenir Aven Armand, il était resté inexploré depuis des millénaires. Elle a fait l’objet de légendes terrifiantes, la gorge du diable, accusée d’avoir avalé des troupeaux et des voyageurs égarés. Grâce à Louis Armand et ses deux compagnons explorateurs, il est devenu l’un des principaux sites touristiques de la Lozère, même s’il est situé en profondeur.

Trois hommes et une découverte

Edouard-Alfred Martel a développé très tôt un goût passionné pour la géographie et les sciences naturelles. Grand lecteur de l’oeuvre de Jules Verne, il deviendra «l’aventurier des enfers». En 1883, à l’âge de 24 ans, il découvre les Grands Causses, la beauté majestueuse des gorges et «les sculptures magiques qui dorment sous terre». A partir de là, il ne cessera jamais d’explorer ce qu’il appelle «de nouvelles bizarreries». Savant et aventurier, il a été à l’origine du développement touristique associé à toutes ses découvertes en favorisant des aménagements touristiques adéquats. Aven Armand, découvert le 19 septembre 1897, 38e anniversaire d’Edouard-Alfred Martel, est l’aboutissement d’une carrière exceptionnelle.

Louis Armand apprend le métier de forgeron et s’installe au Rozier comme forgeron. En 1888, Edouard-Alfred Martel a besoin de faire réparer un petit bateau démontable et, sur les conseils d’un ami, demande à Louis Armand de réparer le bateau fragile. Très satisfait de sa dextérité, Edouard-Alfred Martel l’enrôle dans son équipe et, en 1889, il est promu chef d’équipe. En tant que compagnon, il se lie progressivement d’amitié avec Edouard-Alfred Martel, son second fidèle pendant 20 ans pour la plupart de ses expéditions en France et à l’étranger.Le 19 septembre 1897, il est le premier à descendre au fond de l’abîme qui remarque le le jour précédent

Armand Viré est un universitaire avec une brillante carrière dans des domaines particulièrement riches et diversifiés. Spéléologue, hydrogéologue, préhistorique, archéologue, devin, il fut le fondateur de la biospéologie. Son travail a donné lieu à de nombreuses publications et a fait l’objet de nombreuses distinctions. En 1895, il rencontre Édouard-Alfred Martel et marque le début d’une étroite et longue collaboration. Il a ensuite apporté une contribution importante à la création de l’Aven Armand Society et à son ouverture au public.




Source link

Laisser un commentaire